Rouille jaune

zoom...
zoom...
zoom...
zoom...

Nom scientifique

Puccinia striiformis

Cultures

Biologie

Définition

Maladie foliaire des céréales due à un champignon pathogène. Elle affecte le blé tendre principalement, son apparition précoce, ainsi que sa présence irrégulière rendent sa détection délicate.

Lorsqu’elle est détectée tardivement, la lutte est plus difficile et les dégâts peuvent être très élevés.  En 2004, cette maladie que l’on croyait sans incidence a explosé et ceci n’était pas dût au hasard car la forte proportion de blé tendre sensible et les conditions climatiques favorables expliquent ce phénomène.

Cycle de développement

Après récolte des céréales, les urédospores ne trouveront comme hôte de secours que des graminées assez résistantes. Il s’en suivra une énorme perte d’inoculum du fait que les spores ne sont pas résistantes aux rayons ultra-violet (U.V) importants en été.  La germination se fait à l’obscurité en présence d’humidité.

Au printemps-hiver (la précocité dépend des conditions climatiques), on assiste à l’apparition de premiers foyers de 1 à 2 m². En conditions favorables (ciel couvert, vent, températures et humidité), les quantités de spores importantes produites par ces foyers vont envahir la parcelle pour crée une contamination uniformément répartie et importante. Au bout de deux à trois cycles, la totalité du feuillage est détruite.

Symptômes

Sur parcelle : Constitution de foyers de petite surface (1 à 2 m²), jaunes de loin, nettement délimités. Si le climat est favorable ces foyers peuvent ensuite infester toute la parcelle.

Sur feuilles :

  • Sur les feuilles supérieurs, les pustules jaunes parfois orangées sont alignées entre les nervures, jusqu’à dessiner des stries. Les pustules sont souvent de petite taille (0,5 mm).
  • Tâches chlorotiques allongés dans le sens des nervures sans pustules peuvent également être rencontrées (pustules encore en incubation).
  • A un stade avancé de l’infestation, les stries jaunes cèdent la place à des pustules noires.
Astuce Bayer CropScience :

Lors de vos observations, chercher principalement les feuilles touchées et observer des  pustules jaunes alignées avec une loupe de poche.

Comment ne pas confondre entre rouille jaune et brune :

  • Rouille jaune : répartition d’abord en foyers. Pustules alignées le long des nervures.
  • Rouille brune : répartition homogène dans le champ. Pustules dispersées sur toute la feuille.

















Facteurs favorisants

  • Les variétés sensibles sont un facteur favorisant.
  • La présence de repousses infectées dans le champ ainsi que des adventices (tels que : Haute bourrache), favorise la conservation de la maladie.
  • La présence d’azote augmente la sensibilité de la plante. Le fractionnement de l’azote est défavorable à la maladie.
  • La présence de vent aidant la dissémination des spores.
  • En moyenne, les journées favorables aux contaminations doivent avoir les caractéristiques suivantes :

Température moyenne supérieurs à 4°C

Température minimum supérieur à 2°C.

Une humidité relative supérieure à 80% pendant 18 heures.

Les températures nocturnes doivent être assez basses, de préférences en dessous de 15°C.

Méthode de lutte

Méthode prophylactique et culturale recommandée

La résistance variétale reste le moyen de lutte le plus efficace et le plus économique contre la rouille jaune.

Méthode chimique

Le seuil d’intervention contre la rouille jaune doit être déclenché à partir :

  • Du stade épi 1cm, en présence de foyers actifs de rouille jaune (pustules pulvérulentes)
  • Du stade 1 nœud : dès la présence des premiers pustules dans la parcelle.

Produits recommandés

Copyright © Bayer AG