Mildiou

zoom...
zoom...
zoom...

Nom scientifique

Mildiou

Cultures

Biologie

Définition

Le mildiou est un nom générique qui désigne différentes maladies cryptogamiques, c'est-à-dire des maladies causées aux plantes par des champignons parasites.
il est déclenché assez régulièrement dès qu’il y a trop d’humidité dans l’air et sur les plants.

Il existe non pas une mais plusieurs formes de mildious, qui sont causées par différents champignons microscopiques, par exemple :
Plasmopara viticola qui attaque la vigne.
Phytophthora infestans qui attaque la pomme de terre et la tomate

D'autres champignons provoquent des dommages comparables sur les laitues, les rosiers ou les carottes.

Cycle de développement

Les champignons causant le mildiou sont de taille microscopique et font partie des Oomycètes, les champignons à oospores. Ils produisent un mycélium filamenteux non cloisonné sur lequel se développent des fructifications portant des sporanges : des petits sacs contenant des spores asexuées ou sexuées, selon les variations du climat. Parasites obligatoires, ils hivernent à l'intérieur des feuilles, des tiges et des fruits infectés sous forme de spores et de mycélium. Au printemps, le mycélium se réactive et les spores sont dispersées par le vent et la pluie, causant la première infection.

Durant la saison de croissance, quand le climat est favorable, le mycélium se développe et produit des zoospores, des spores asexuées munies de flagelles. Un film d'eau sur les tissus favoriserait leur dispersion et leur germination. C'est la phase la plus active où le mildiou se multiplie rapidement et consolide l'infection secondaire de la plante.

Vers la fin de l'été, les champignons produisent des oospores, des spores sexuées résistantes, qui assurent la survie de l'espèce durant les périodes défavorables et préservent la diversité génétique.

Symptômes

  • Sur feuilles : taches jaunes qui brunissent puis se dessèchent en leur centre correspondant à un duvet blanc sur la face inférieure. Leur extension peut conduire à la mort du feuillage.
  • Sur pétiole et tige : taches brunes à différents niveaux qui peuvent évoluer vers la destruction des jeunes plants ou la cassure des tiges adultes.
  • Sur fruits : taches brunes, dures et marbrées avec parfois un feutrage blanc au niveau de l’épiderme.

Facteurs favorisants

  • Taux d’humidité relative supérieure à 80%.
  • Températures entre 15 à 25°C.
  • La succession de périodes humides et assez chaudes, à caractère orageux, favorise le développement et la propagation de la maladie.
  • Une végétation dense.
  • Présence d’adventices sur la parcelle (pouvant être des hôtes alternatives à la maladie).

Méthode de lutte

Méthode prophylactique et culturale recommandée

  • Détruire les débris végétaux et les repousses, sources de foyers primaires.
  • Effectuer la rotation de cultures avec des espèces différentes
  • Utiliser des plants sains et en cas d’infection, détruire les plants dont plus de 25% du feuillage ou des fruits est atteint.
  • Eviter la proximité avec les plants de pomme de terre et autres solanacées.
  • Eliminer les débris végétaux par enfouissement, incinération…etc.

Méthode chimique

  • Les traitements sont multiples contre cette maladie, il est recommandé de préconiser un traitement préventif dès l’observation des conditions favorables au développement de la maladie.
  • Pour prévenir le développement de phénomènes d’accoutumances ou de résistance de la maladie, favoriser des applications à base de produits appartenant à des familles chimiques différentes et à modes d’actions différents.

Produits recommandés

Copyright © Bayer AG